Accueil Ergué-Armel L'association Dossiers
Archives Contacts et liens Blog

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'UQEA
14 mars 2014


Compte-rendu rapide
Rappel du fonctionnement de l'UQEA
Quelques photos
Rapport moral et d'activité
Article du "Télégramme"




COMPTE-RENDU

Le vendredi 14 mars, l’Union des Quartiers d’Ergué Armel a tenu son Assemblée Générale annuelle à la MPT, en présence d’une cinquantaine de personnes, de Catherine TREUSSIER, adjointe au Maire déléguée à la Mairie annexe d’Ergué Armel, et de représentants des listes candidates aux élections municipales (1), invités pour la circonstance. Madame Maryvonne BLONDIN, Conseillère générale, était excusée.

Lors de cette assemblée, les représentants des associations adhérentes à l’UQEA ont adopté à l’unanimité le rapport moral, présenté au nom du Conseil d’administration par son président, ainsi que le rapport financier, présenté par sa trésorière.

À l’issue de la partie statutaire de ses travaux, l’ensemble des associations et leurs invités ont pu débattre en toute franchise et en toute sérénité des sujets abordés dans le rapport moral, tant sur les résultats des demandes faites par les associations, que sur les projets en cours, avec, en toile de fond, la récurrente question du déficit de concertation.

Une bonne partie des échanges entre élus sortants, candidats et associations, ont porté sur les problèmes de la démocratie locale, notamment sur le mode de fonctionnement des Conseils de quartier ; sur la nécessaire réhabilitation des liens entre les habitants, leurs associations et les élus ; sur l’utilité de notre participation aux réunions de la commission consultative des services publics locaux.

La soirée s’est clôturée par le traditionnel pot de l’amitié, où les échanges se sont poursuivis dans une ambiance conviviale.

 
(1) Listes représentées : « Kemper l’écologie à gauche » (D. Le Bigot) ; « Osons la démocratie » (P. Szczepankiewicz) ; « Quimper pour vous » (B. Poignant), « Quimper Viva’Cité » (I. Le Bal) ; « Vivre Kemper » (N. Le Gars) 







RAPPEL

Rappelons que les assemblées générales de l'UQEA ne sont pas électives : Selon nos statuts, l'union est animée par un triumvirat, le président en exercice étant assisté par deux vice-présidents :
  • Le vice-président sortant ( ancien président )
  • Le vice-président entrant ( futur président )
Rappelons aussi que les trois responsables principaux de l'UQEA sont délégués par leurs associations respectives et que la présidence est tournante, en respectant autant que possible l'ordre alphabétique des associations membres.

Pour le mandat qui se termine avec cette assemblée générale, la présidence était assurée par Daniel FERRENBACH ( CAREPA ), la vice-présidence sortante par Jean-Yves GRALL ( Ty Bos Kerequel ) et la vice-présidence entrante par l'association du Braden.

À la suite de changements très récents dans le fonctionnement de l'association du Braden, la vice-présidence entrante de l'UQEA se trouve vacante. Le prochain CA de l'UQEA devra donc envisager une solution alternative.






RAPPORT MORAL ET D'ACTIVITÉ
présenté par Daniel FERRENBACH
président de l'UQEA


Madame l’Adjointe au Maire,
Mesdames, Messieurs les candidats aux élections municipales,
Mesdames, Messieurs les présidents des associations de quartier,
chers amis

Après en avoir débattu, le Conseil d’Administration de l’UQEA a choisi de convoquer son AG annuelle en pleine campagne des élections municipales. Ce choix, délibéré, s’appuie sur trois éléments essentiels.
Le premier, c’est que d’habitude on le fait de toute façon au mois de mars.
Le second étant que les élections municipales constituent un moment privilégié, pour les associations des quartiers, de faire part de leurs attentes aux futurs élus.
Le troisième étant de faire connaître aux élus sortants et/ou futurs élus, les enseignements que les associations ont tirés des rapports qu’elles ont pu entretenir avec la collectivité, en matière de démocratie participative, et cela dans quelque domaine que ce soit.
Ces questions ne sont pas anodines, eut égard à ce que représente l’UQEA, association loi 1901, créée en 1970, et qui recouvre l’ancienne commune d’Ergué Armel, rattachée à Quimper en 1960.
Ce quartier, qui s’étend de la Gare au Moulin du Pont, via Locmaria ; de l’avenue de la Libération au Grand Guélen et à Kerdroniou, a une superficie de 33 km², soit 40% du territoire de Quimper.
Sa population était d'environ 20 000 habitants en 2008, d'après les sources la Mairie, tandis que selon celles de la MPT on en compterait 24 000, sur un total de 63 550, soit 38 % de la population quimpéroise ; ce qui en ferait la 3ème Ville du Finistère.

Ce n’est donc pas un hasard si nous comptons tant d’associations de quartier, de défense de l’environnement et d’activités socioculturelles : dont 13 fédérées au sein de l’UQEA. Que la MPT d’Ergué Armel compte plus de 3000 adhérents, est de ce point de vue assez significatif. Certes, toutes les associations d’Ergué Armel ne sont pas adhérentes, mais, si elles le souhaitent, elles y ont naturellement toute leur place.
Le but de l’UQEA est, avant toute chose, d’être un outil au service des associations, de les accompagner dans leurs démarches pour faire connaître leurs doléances et de favoriser le dialogue avec les collectivités, quelles soient municipale ou communautaire, dans l’esprit d’une concertation bien comprise.

C’est pourquoi l’UQEA participe aux réunions de la Commission Consultative des Services Publics Locaux, au même titre que « UFC que choisir » et la CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie). De par la nature de notre association, de par les buts statutaires qu’elle poursuit, nous nous y sentons à notre place. Nous faisons de notre mieux pour y tenir notre rôle, même si trop souvent, nous avons le sentiment de ne pas être entendu, que les promesses faites ne sont pas souvent tenues ou que nos courriers semblent s’être égarés dans d’obscurs arcanes administratifs. Si, si, nous avons des exemples… Bref ! Nous sommes consultés, mais les comptes-rendus de ces consultations nous arrivent longtemps après que les élus aient eu à voter sur la base du rapport de l’autorité consultante, mais sans connaître l’avis des consultés.

À propos de notre participation au Conseil de Quartier, notre déception est à la mesure des espoirs qu’avait suscitée sa mise en place, dans un esprit de démocratie participative. Cette question de l’utilité de notre présence aux réunions de ce conseil est venue par deux fois, tout comme celle de notre maintien à la CCSPL, par deux fois nous avons repoussé l’idée de ne plus honorer nos engagements. Mais la réunion bilan des représentants des conseils de quartier, en février dernier, commentée dans la presse locale, ne nous a guère étonnée en la résumant par des sentiments de « déception, d’amertume et de vexation ». Nous ne nous en réjouissons pas, et nous espérons que cette idée, si elle devait être reprise par les futurs élus, sorte du formalisme qui a ruiné son crédit, et ne conduise pas par ailleurs à négliger les associations de quartier.

Ces associations, ce sont des observatoires de la vie quotidienne des quartiers. De par leur connaissance de la vie sociale et historique, leur expérience du terrain, elles devraient être considérées pour ce qu’elles sont : des laboratoires d’expertise citoyenne.
Ainsi, lors des cinq Conseils d’administration qui se sont tenus depuis notre dernière AG, voici les sujets qui ont été abordés :
  • les nuisances de la déchèterie
  • un compte-rendu de la visite des cuisines centrales
  • l’enquête de voisinage, intitulée « votre avis compte » (dont nous attendons toujours les résultats), organisée en collaboration avec la MPT, l’UQEA et le CCAS
  • de l’utilité de notre présence aux réunions de la CCSPL et du Conseil de quartier
  • le Schéma Directeur d’Assainissement Pluvial
  • la Charte de l’environnement du Quinquis
  • le projet de rond point au carrefour des rues Charles Le Goffic, G. Pompidou, Mme de Staël et Mme de Sévigné
  • le projet d’urbanisation de Linéostic
  • les excès de vitesse rue Charles Le Goffic
  • compte rendu de la rencontre avec Catherine TREUSSIER, adjointe déléguée à la Mairie d’Ergué Armel, sur les projets en cours
  • comptes-rendus des réunions de la CCSPL
  • les activités et la vie de la MPT
  • la fête de l’eau du Quinquis
  • échange et réflexion sur les aléas de la vie des associations de quartier
  • un compte rendu sur la réunion information sur le PLU organisée par la municipalité
  • aboutissement du projet de la liaison piétonne Kergonan-Keraudren, entre Ergué Armel et Ergué Gabéric
  • le projet de centre de transfert des Ordures Ménagères au Grand Guélen
  • le bilan comparé des demandes exprimées par les associations de quartier et les réponses apportées par la municipalité, sachant que nombre d’entre elles ont été formulées il y a déjà deux ou trois mandats municipaux... Sur ce dernier point, nous laissons le soin aux associations représentées ce soir d’y apporter les précisions qu’elles jugeront utiles.

Certains de ces points ont été discutés plusieurs fois ; ils ont quelques fois donné lieu à des réunions avec les élus ou avec des entreprises, nous y reviendrons.

Notre association s’est également impliquée dans les enquêtes publiques ouvertes par les institutions locales :
  • sur le Schéma Directeur d’Assainissement Pluvial,
  • sur le plan transport,
  • sur le PLU.

Rappelons que pour toutes les implications de l’UQEA, dans les projets privés et publics, vous, les représentants des associations de quartier, n’avez pas barguigné à donner de votre temps pour aider des riverains ou des associations de quartier à obtenir une réelle concertation, que trop souvent les institutions ou les administrations dédaignent ou minimisent. Qu’ils en soient ici sincèrement remerciés.

Nous remercions aussi Catherine TREUSSIER, pour tout ce qu’elle a pu faire pour nos associations. Nous regrettons simplement que les moyens, matériels et financiers, mis à sa disposition, ne lui aient pas souvent permis de répondre à nos attentes. Merci également à Maryvonne BLONDIN, conseillère générale, pour son soutien et son indéfectible fidélité.

Pour conclure, en cette veille d’élections municipales, il convient de nous tourner vers l’avenir.
Pour cela, nous nous proposons de nous exprimer sur deux points :

Le premier concerne les projets municipaux et communautaires en cours. Soyons clairs, il ne nous appartient pas, en tant qu’association, de juger de l’opportunité de tel ou tel projet sanctionné par les votes des conseils municipaux ou communautaires.
Mais il est du devoir des associations, qui œuvrent pour l’amélioration de la qualité de la vie sociale, culturelle et écologique des habitants de leur quartier, de veiller au respect des lois et de leur bonne application. Or, le plus sûr moyen d’y parvenir, c’est de parier sur la bonne volonté et l’intelligence des uns et des autres, dans une démarche de concertation permanente.
Nous y seront spécialement attentifs pour les projets en cours, à savoir :
  • l’implantation de l’unité de méthanisation,
  • l’aménagement du rond point Ch. Le Goffic, G. Pompidou,
  • le projet de centre de transfert des Ordures Ménagères au Grand Guélen
  • le projet d’urbanisation de Linéostic
Pour ces projets et ceux à venir, nous souhaitons que les futurs élus s’engagent sur la charte de l’environnement du Quinquis.

Le second point  concerne la concertation participative ou plus généralement, ce que l’on pourrait appeler le pacte démocratique entre les élus, les citoyens et leurs différents modes de représentation, qu’ils soient associatif, syndical, amical, socioculturel ou semi-institutionnel.
Chacun est à même de le constater, les conséquences de la Loi de décentralisation, et les transferts de compétences des communes vers les communautés, se traduisent par un éloignement toujours plus grand des centres de décisions, avec pour corollaire un écart grandissant entre les élus et les  citoyens.
Nous pensons que le moyen le plus immédiat de corriger cette dangereuse tendance, est de veiller à ce que tout soit mis en œuvre pour faire vivre la démocratie locale.

Pour ce qui concerne l’UQEA, nous nous adressons solennellement aux futurs élus, en leur demandant de considérer nos associations, non comme des gêneurs ou des opposants systématiques, mais comme des partenaires, voire, dans certains cas, comme des experts ou, à tout le moins, comme des « sachants » susceptibles de collaboration d’expertise.
Si la décision de réaliser tel ou tel projet municipal ou communautaire, appartient en dernier recours à l’assemblée délibérante, il n’en est pas moins vrai que ces projets emporteront d’autant mieux l’adhésion des citoyens et de leurs associations, qu’ils y auront été associés dès l’origine et, pourquoi pas, en auront été eux-mêmes les instigateurs.






( Le Télégramme, 17 mars 2014 )